Cours de Téhima (méditation dansée) le lundi de 20h15 à 21h30

Tina Bosi, chorégraphe et ostéopathe a créé à partir de documentations antiques et médiévales un ensemble de postures en mouvement. Avec Frank Lalou, auteur de nombreux livres sur la Bible et calligraphe hébraïque, elle nomme ses 22 gestuelles : la TÉHIMA, harmonie en hébreu. Le texte principal sur lequel s’appuie son enseignement est le SÉPHER YÉTSIRA. Tina Bosi a su trouver les enchaînements qui permettent dans l’action de stimuler les zones décrites dans ce Sépher Yétsira. Un véritable Yoga ou Taï Chi hébraïque est né de ses recherches.

 

Stage de Téhima à la Falaise Verte (Ardèche)

Une pratique de santé physique et spirituelle

La TÉHIMA, harmonie en hébreu, est un ensemble de 22 mouvements dont les chorégraphies sont liées à la symbolique kabbalistique, à la calligraphie et à la dynamique de la lettre.

Les chorégraphies mises en place par Tina Bosi tiennent compte de cette relation microcosme et macrocosme.

La TÉHIMA stimule par des mouvements en spirale le glissement des tissus corporels qui sont le contenant de chaque organe, de chaque muscle et de chaque glande. Le mouvement de chaque lettre travaille sur l’ancrage, sur l’allongement et la respiration des tissus en donnant une intention, kavanah en hébreu, dans la partie du corps que symbolise la lettre.  Ainsi, la conscience est à l’intérieur du corps pour se déployer vers l’extérieur. Lorsque les contenants (muscles, os, ligaments, membranes) s’allongent et se détendent, les contenus (organes et glandes) retrouvent un mouvement physiologique et un bon fonctionnement. L’organisme réagit comme un tout et pour l’ensemble des activités corporelles, c’est la moelle épinière qui joue un rôle central de connexion.

Stage de Téhima dans le désert du Néguev (Israël)

Chaque lettre hébraïque correspond aussi à une vertèbre. La TÉHIMA stimule chaque partie de la colonne vertébrale et agit sur les muscles profonds du rachis. Les points d’appuis de cette gestuelle, la position des membres et le travail de la cage thoracique stimulent toute la charpente osseuse.

L’étirement de chaque geste de la TÉHIMA s’accompagne d’un mouvement respiratoire ciblant la zone dans laquelle s’inscrit la partie anatomique de la lettre. Pas un espace n’oublie de respirer. En exprimant par le corps les qualités psychiques de chaque lettre, la TÉHIMA travaille sur l’ensemble de ces chaînes musculaires et réajuste le schéma corporel. Ce rapport conscient du corps dans l’espace donne l’occasion de réfléchir sur cet équilibre psychique du don et de la réception.

Bruno Supiot a été formé à la Téhima par Tina Bosi et Frank Lalou. Le cours hebdomadaire de Téhima au Centre du mouvement a lieu tous les lundis soir de 20h15 à 21h30.
Site de la Téhima à Toulouse: http://tehima-toulouse.org
Site de l’école de Téhima: https://www.tehima.com